Trust the process

Tu es forte, tu es pleine de joie de vivre, tu souris tout le temps. Des compliments auxquels je me suis habituée avec le temps. Je les ai tellement intégrés dans mon cœur que je ne m’imaginais autrement qu’une boule d’énergie positive qui ne chancelle devant rien.

Je ne m’étais jamais dit que l’excès de positivité pouvait être toxique pour ma propre personne. Jusqu’à ce que j’en paye les frais. Ici je vous parlerai un peu de déceptions, du confinement, de la santé mentale, de vulnérabilité, de période frustrante, des émotions, de surmenage. Bref des mots pas forcément jolis et pourtant si importants.

Ce sujet est vaste et il repose sur beaucoup de socles, piliers, sphères peu importe comment vous appelez ça. La famille, les amours, les finances, la carrière, l’amitié, la spiritualité et peut-être plus en fonction de chacun. Quand une des sphères qui nous maintient est déséquilibrée, on est fragilisé, mais imaginez que tous tombent à l’eau. Il y a de forte chance de ne plus savoir à quel saint se vouer. (Et croyez-moi j’en ai deux pourtant )

Premier mouton🐏 : Story time, Popcorn et puis asseyez-vous.

Pour la petite histoire, j’ai commencé mon année scolaire, enjouée avec de gros objectifs, une détermination de fer, des vêtements neufs achetés pour booster ma confiance. La « Go » était équipée jusqu’aux os 😎 . Personne ne pouvait me stopper. J’avais hâte d’atterrir à Paris. Quand vous n’y avez jamais habité, ça vous fait penser à l’amour. Ne vous laissez pas berner : c’est la ville du stress, des transports que personne n’aime, la ville où l’on court sans savoir pourquoi on est pressé. Et c’est la ville de mon premier « Goumin ». Si vous ne savez pas ce que c’est qu’un goumin, c’est le meilleur remède pour perdre du poids ou en prendre, pour avoir mal au cœur, pour déprimer, pour recommencer à zéro. Une lourde déception amoureuse pas comme les autres. On y reviendra peut-être plus tard ou jamais. Probablement jamais.

Deuxième mouton🐏: L’homme propose et Dieu dispose

Rappelez-vous je vous parlais d’objectif, de Paris. De toutes ces choses qui font rêver. Je m’imaginais première de promotion, félicitations du Jury avec ma famille, mes amis et mon copain qui me félicite. Ça c’était avant. Non seulement je n’ai pas été première de promotion, j’ai perdu des amis, j’ai changé, et puis le prince charmant finalement ne m’appartenait pas.

Revenons à nos moutons, enfin mes moutons 🐑🐏

Bon je vous embarque dans ce qu’a été mon année. Pleines de leçons, un vrai marathon.

Il faut savoir que je suis ingénieur, ça va faire 5 ans que j’enchaîne mes études, stage et alternance. Sans répit. Je me suis lancée toute fièrement dans ma 6 -ème année pour me spécialiser. J’ai été admise dans une prestigieuse école. J’ai trouvé convenable de me mettre des coups de pression pour être à la hauteur. Je plaçais mon année sous le signe de la réussite et de l’excellence. Je voulais rendre fier mon père, mon frère, ma grand-mère et moi-même bref tout ceux qui croyaient en moi. J’ai commencé les cours, un rythme soutenu, et pour ne rien arranger je m’étais également faite une organisation de folie ou mon bien être n’était pas au programme.

(Ce qui est sûr on est là c’est Dieu qui nous protège tôt ou tard le jour va se lever). Travail ! travail ! travail ! Je m’étais à peine couchée à 2h du matin, qu’à 5h je voulais me lever, pratiquer du sport, méditer, prier, lire mes cours, prendre ma douche, prendre le chemin de l’école. Je ne sais pas pour qui je me suis prise, mais celle pour qui je me suis prise n’a pas aimé du tout. J’avais trop regardé de vidéos de motivations et lu de livres de développement personnel. Je voulais adopter la méthode des grands hommes. Ceux là qui ont trouvé la méthode pour réussir.

Trouver un logement à Paris, c’est le parcours du combattant. J’habitais à Nantes avant cette année scolaire et la recherche de logement à Paris/île de France était pénible. J’ai pour cette raison pris le premier logement qui m’était tombé sous la main. Le logement était insalubre, le wifi non fonctionnel, comme vue le local à poubelle. Une douche que le locataire précédent n’a pas pris la peine de laver et qu’il n’a pas plu au propriétaire de nettoyer. Un frigo avec certains restes de repas de l’ancien locataire. Pourquoi ai-je pris ce logement ? Je n’avais rien d’autre, je ne voulais et pouvais compter sur personne. Croyez-moi vous apprendrez tôt ou tard que dormir sur la natte des autres c’est comme dormir par terre. Priorisez toujours votre indépendance. Se reposer sur autrui n’est pas une solution pérenne.  En parallèle de mes cours, il me fallait trouver un autre logement. Impossible pour moi de me sentir bien dans un environnement pareil. Certains diront que ce sont des chichis, mais avec la solitude de ce pays si vous devez y associer l’inconfort. Je vous propose déjà de vous donner le numéro de mon psy. 🤪

2 et demi mouton🐏: La squatteuse amoureuse : Personne qui occupe le logement de son copain. Logement qui ne lui appartient pas.

Pendant ce laps de temps, où j’étais dans l’incapacité totale d’habiter dans cet endroit j’ai trouvé refuge chez une personne que j’aimais beaucoup, ou du moins que j’aimais tout court si vous voyez ce que je veux dire. J’ai continué ma recherche de logement néanmoins. Souvenez-vous (ne jamais compter longtemps sur quelqu’un d’autre autre que vous même). J’ai trouvé un logement en colocation qui semblait plus correct et plus propre. Il était cependant très éloigné de tout, mais j’avais déposé mon préavis et je n’avais nul autre choix que d’accepter le logement à ce moment précis.  Cerise sur le couscous (une cerise sur un gâteau c’est beaucoup trop bon), mes nouvelles colocataires avaient adopté des “cochon d’Inde” avec l’accord du propriétaire et placardé dans la maison leur photo et celles des membres de leur famille. Un bonheur n’arrivant jamais seul, le propriétaire ne nous avait pas dit qu’il y avait des souris dans l’appartement. Pour une trouillarde avec la phobie des rongeurs j’étais bien servie.

Pour mes parents il était bien impensable que je déménage à nouveau. On ne paye pas mes études pour que je teste les appartements d’île de France et d’ailleurs. J’ai quand même huit déménagements à mon actif. Trouver un logement demeure un processus stressant et pas très adapté à mon rythme scolaire.

Nous sommes en guerre : Vive la république ! Vive la France !

Notre cher ami le président de la République française n’a pas attendu longtemps et a également annoncé le confinement waouh. Cours à distance, impossibilité de demander de l’aide de travailler en groupe dans une classe où j’étais la seule noire, où j’avais à peine eu le temps m’intégrer que j’avais déjà eu quelques blagues sur ma couleur de peau (Je mange trop de chocolat à ce qu’il parait). A ce moment mon seul bonheur résidait dans mes premières notes que je recevais et le bonheur de rester avec “mon amoureux” on va le nommer “Eren JÄger” pour ceux qui ont la référence . J’aime les gens qui ont la main sur le cœur.

Des moutons🐏 aux rongeurs🐭 : Retrouvaille avec les rongeurs

Tout allait bien enfin pour moi, mais là encore je n’étais qu’au début de mes péripéties.

Finalement contre vents et marrées, parce que la malchance est pire que la mort Eren JÄger n’était plus mon amoureux après deux années de love 😂. Je considérais cette rupture comme un échec. Mon cœur était brisé, je l’ai ramassé et j’ai retrouvé mes rongeurs ainsi que leurs propriétaires. Un échec qui a suscité des moqueries et que sais-je encore mais ainsi va la vie. “ S’en est suivi des jours de dépression, de larmes, de mal être, d’anxiété. C’était apparemment mon premier chagrin d’amour. J’avais le cœur en miette, mes larmes ne cessaient de couler. Enfermée, aucune activité à l’horizon, isolée, ma famille a 6000 km et à cette période il faut le dire je considérais que je n’avais pas d’amis. Comment sortir de ça ? “ . J’ai l’impression d’avoir écrit les paroles d’une chanson de zouk love. Plus sérieusement, je voulais affronter ça toute seule comme une grande, une femme forte que rien ne peut atteindre. La réalité a tôt fait de me rattraper.

Du déni aux larmes : « Ce n’est qu’une larme, juste un reste du passé, dont je m’éloigne mais qui ne cesse de me hanter ». Les fans de Jena Lee êtes-vous dans la place ?

Je me suis rendu compte que ça m’affectait tellement que j’avais de plus en plus de mal à travailler mes cours. C’est donc ça un goumin ? Et pas un simple goumin. Un Goumin Coronavirus Confinement j’ai nommé GCC.

Je vous vois déjà venir le gang des “Ne laisse jamais personne te faire du mal. Faut savoir dissocier la vie privée et professionnelle, kankankankan, personne ne doit impacter sur tes études bla-bla-bla, tu es jeune tu as la vie devant toi”. Sans vouloir vous vexer, j’espère que la vie vous apprendra que ce n’est pas toujours aussi simple que ça. Comme me l’a dit mon père. Les peines de cœurs n’ont pas d’âge et il n’y a pas de posologie.

Au début, je contenais toute ma tristesse. Personne ne peut m’atteindre. Moi j’ai des objectifs cette année. Je vais profiter à fond du confinement et de la solitude pour tuer le bail. Une rupture ne peut pas me tuer. Ma famille compte sur moi. There are plenty more fish in the sea. 🤣 Et puis avec tous les livres de développement personnel que j’ai lu comment j’expliquerai un échec scolaire à cause d’une « simple rupture amoureuse ».

Plus je me disais ça et plus je pleurais, plus je n’avais aucune force aucune motivation de faire les choses.  Le contexte sanitaire n’aidant pas.

«J’ai menti, j’aimerais qu’on m’aide que quelqu’un me tende la main» : Jena lee bis

Et comme Dieu n’abandonne pas ses enfants, certaines personnes m’ont tendues la main. Ce n’étaient pas des amis proches à moi. Mais ils ont été là au bon moment et je leur en suis éternellement reconnaissante. Parler à des personnes dont je n’étais pas nécessairement proche à ce moment là m’a permis de garder mon jardin secret, de me protéger et de protéger mon ex-partenaire. Je laissais le champ libre aux uns et aux autres de s’imaginer ce qu’ils voulaient. D’ailleurs la seule fois où j’en ai parlé indirectement et que des personnes proches de moi étaient dans les parages ça a pris une mauvaise tournure. Vous retiendrez de ce passage que parfois dans les pires moments, il faut chercher les personnes les plus éloignées pour vous ouvrir et vous décharger si tant est que vous ne pouvez pas le garder pour vous.

Mon processus de guérison a donc été enclenché. Toutes les personnes présentes à mes côtés m’ont appris que mes sentiments étaient légitimes. Que pleurer faisait partie du processus. Que je ne devais pas avoir honte de ressentir ma peine.

Je ne suis absolument pas là pour décrire la relation, parler des fautes des uns et des autres. Mais quand on vit une rupture surtout et si on y a mis tout son cœur on perd pied et nos repères semblent flous.

Trust The Process :

Je ne pouvais pas m’apitoyer indéfiniment sur mon sort. Outre le pilier amoureux qui venait de me lâcher, mes cours que ça affectait, ma santé, mon cadre de vie pas agréable, les problèmes de famille, les amis dont je me suis éloigné, mes finances qui n’étaient pas tip top … wow wow wow Il faut le dire je coulais littéralement.

Il fallait un plan en béton à la Michael Scofield pour sortir de ma propre prison.

C’est mon plan, mon processus il peut varier en fonction de chacun. « Je suis maitre de mon destin capitaine de mon âme ».

Votre mission si toute fois vous l’acceptez est de sauver votre coeur 😂.

Ce qui est sur les larmes ont coulé, les questions ont été longues, les nuits pénibles, mes cours plus difficiles.

Le périple est tellement long que je le ferai en plusieurs parties. Dites-moi si vous voulez la suite en me laissant pleins de commentaires.

Je suis curieuse de savoir si vous avez déjà vécu un goumin. N’hésitez pas à partager votre expérience. J’avoue que maintenant j’en rigole. On n’est jamais tout seul.

Faites comme chez vous et n’oubliez pas qu’on est chez moi ici. En attendant de vous retrouver dans la suite pour parler de mon processus à moi, je vous fais pleins de bisous. Xoxo 😘😘😘

19 commentaires

  1. Quelle balade d’émotions! Difficile de ne pas succomber à ton humour 😹. Difficile en même temps de ne pas être touché par ton histoire🙏🏾. Tu es brave!…je crois que c’est une question rhétorique que tu poses en demandant si quelqu’un est deja passé par un « Goumin »🙃…je crois qu’une chose qui aide dans cette histoire, c’est le fait d’en parler: à ses proches, amis, oreilles à l’écoute etc pour éviter l’implosion.

    J’aime

    1. Ca fait vraiment plaisir que tu sois passé sur mon article. J’avoue que j’avais tellement de galère vraiment je me demandais ce que j’avais fait au Bon Dieu. Mais bon je crois au processus et le meilleur reste à venir. Forte je sais pas si je le suis mais c’était la seule option 🤣.

      J’aime

  2. Ton récit m’a beaucoup touché. Effectivement l’apprentissage de la vie d’adulte ce n’est pas quelque chose de facile et les goumins n’en parlons pas ça n’a l’air de rien quand tu ne l’as pas vécu mais ce sont de vrais épreuves de la vie et ça fait partie du chemin. Force à toi !

    J’aime

  3. Je vous trouve très forte. Malgré votre humour , ce sont des périodes de votre vie que vous avez traversé et cela n’a pas toujours été si drôle. Même si aujourd’hui ça l’est les cicatrices je pense pas que vous ayez oublié les émotions aussi difficiles soient elles que vous avez pu ressentir . Je vous trouve très forte et très belle de partager avec nous cette partie de votre vie si intime et de vous êtes reconstruite par la grâce de Dieu .

    J’aime

    1. Merci beaucoup Sara ton commentaire me va droit au cœur. J’avoue que j’en rigole mais à ce moment j’étais dans l’incapacité totale de rire. Comme on me l’a souvent dit. Tout passe, tout finit par passer. 🙏🏾

      J’aime

  4. Article passionnant. Hâte de lire la suite. Cependant ça m’étonne que tu aies ton premier goumin si tard. Je sais que t’as déjà eu d’autres histoires amoureuses 🙃. Moi j’ai eu mon premier goumin en Tle, après l’examen heureusement 🤪. Ce qui m’a aidé franchement c’est le temps. Comme Tayc le dit . Aussi en parler à des amis proches contrairement à toi et le fait de trouver des occupations importantes, des challenges plus importants à mes yeux que cette histoire. En tous je suis content que tu aies réussi à surmonter ça et que tu en rigole aujourd’hui.

    J’aime

    1. Haha en fait j’ai jamais eu de déceptions qui m’ait affecté à ce point. Il y a des histoires qui font mal mais celle là m’a beaucoup marqué va savoir pourquoi. Mais c’est passé et je suis heureuse de me sentir mieux. Et puis c’est la vie n’est ce pas. J’aurais pu en parler au proche mais à ce moment je n’avais pas d’amie proche avec qui je parlais vraiment. Merci d’avoir lu bisous.

      J’aime

  5. Hello, très bel article. Hâte de lire la suite.
    J’ai eu la chance d’être bien entourée pour gérer mon goumin. Je voulais m’en sortir comme une grande, me prouver que j’étais forte et surtout ne pas remplacer le vide qu’il avait laissé en m’attachant à d’autres personnes. Mais, de belles âmes ont su m’écouter, parler avec moi au delà d’un simple « ça va aller », respecter aussi mes silences. Étrangement, ça m’apportait un certain réconfort de me rappeler de cette magnifique relation parce que je me sens reconnaissante d’avoir pu expérimenter ce bonheur.

    J’aime

  6. 😭😭 j’ai adoré. Ton courage ta franchise ton humour ❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️ Trop hâte de lire la suite.

    J’aime

  7. Salut, j’espère que tu petes la forme aujourd’hui. Ton histoire m’a beaucoup touché, parce que je me suis toujours dit que ça n’arrive que dans les films ces histoires. Mais comme tu l’as dit, avec l’âge qui avance, les projets personnels et professionnels, ça devient très vite pesant. Je n’aurais jamais imaginé que t’aies traversé des problèmes pareils. Ravi que ça aille beaucoup mieux pour toi aujourd’hui, j’ai hâte de te relire.

    J’aime

  8. J’ai savoure chaque ligne de ton résumé , et je peux te dire que avoir une peine de coeur étant jeune est super difficile à surmonter surtout si on s’était investit corps et âme dans la relation.jai eu un goumin qui me tuait a petit feu 🔥, je ne saurais te dire comment je me suis enssorti mais sincèrement j’aimerais pas revivre cela. Mais avec le temps et une bonne dose de zouk a coeur brisée j’ai pu me reprendre . Merci ce nous avoir partage ton histoire

    J’aime

  9. Tout d’abord je tiens à te féliciter pour ton courage et ta détermination. Ton histoire m’a beaucoup touché.
    Je te remercie de l’avoir partager afin de permettre d’autres personnes qui on vécu ou qui vivent à peut près cela et qui ont peine à en sortir, qu’elles sachent que si d’autres ont pu s’en sortir c’est que c’est possible. La plupart des gens pense que le « goumin  » quand on l’a c’est facile d’en guérir et que ce n’est pas une source de dépression, qu’il suffit de trouver un autre partenaire et c’est bon. Ils ont totalement tord.
    A travers ton histoire ce qui est important à retenir c’est que quelque soit ce que tu traverse n’attends pas que cela te submerge avant d’ en parler c’est très important pour ta santé physique et mentale.

    J’aime

  10. Très belle plume 🪶 ton histoire me touches énormément et grâce à ton histoire je suis entrain de me relever petit à petit car je suis entrain de traverser un petit peu ce que tu as traversé. Merci pour tout . Ifelayos forever

    J’aime

  11. Franchement, j’ai aimé ton histoire de A à Z, elle était super bien racontée avec une once d’humour qui m’a donné envie de lire la suite. J’espère que aujourd’hui tout va bien pour toi et que tu as pu t’en sortir !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s